Catégorie : Journal de bord

La Ville solidaire des soignants

Solidarité Bègles COVID-19
Solidarité Bègles COVID-19

Solidarité Bègles COVID-19

La Ville solidaire des soignants
Les agents mobilisés (#3 L'accueil d’urgence des enfants de soignants) 

La Ville de Bègles a mis en place dès le début du confinement un accueil d’urgence pour les enfants des soignants. Une soixantaine d’agents municipaux, en équipe tournante, sont mobilisés pour assurer le périscolaire et le temps du repas.

Dès le 18 mars, la Ville de Bègles a ouvert un accueil d’urgence pour une vingtaine d’enfants de soignants, leur permettant de se rendre au travail et participant ainsi à l’effort collectif de lutte contre le Covid-19.  

Les enfants sont accueillis à l’espace Jean Zay pour les maternelles et à l’école élémentaire Joliot-Curie pour les plus grands. Sur les temps périscolaires, et pendant les vacances, la vingtaine d'enfants est rassemblée à Jean Zay. 

Un protocole sanitaire stricte

Dès 7h du matin, les agents municipaux (agents techniques, Atsem, et animateurs) désinfectent les locaux, les jeux et les jouets. “Ce n’est pas un nettoyage classique. Nous utilisons un produit spécifique pour désinfecter les jeux, les jouets, les poignées de portes”, explique Sophia Berrkya, l’une des coordonnatrices mobilisées. Une deuxième désinfection a lieu après le temps du midi. “Nous sommes équipés de masques, gel hydro-alcoolique et gants. Et pour éviter la propagation du virus, les agents qui embauchent à 11h30, sont présents jusqu’à 18h30, ils ne rentrent plus chez eux comme d'habitude”, précise Sophia.  

 “Les enfants comprennent très bien. Ils se sont très bien adaptés.” 

L’équipe d’animation a utilisé une histoire pour dialoguer avec les enfants et leur expliquer l’importance des gestes barrières. C’est Coco le virus, une bande dessinée créée par Marguerite et Paul de Livron et mis en ligne pour accompagner les enfants durant cette crise. (https://www.cocovirus.net). Pourquoi on ne peut pas se faire de bisous, pourquoi faut-il tousser dans son coude, pourquoi faut-il garder ses distances ? “Les enfants comprennent très bien, leurs parents ont dû beaucoup en discuter avec eux. Ils se sont très bien adaptés.”, constate Sophia. Au moment du repas, les enfants sont installés sur des tables, à trois maximum.  

Une équipe volontaire

“Tous les agents sont volontaires et sont contents d’apporter leur petite pierre à la lutte contre ce virus. Nous constatons une cohésion d’équipe exceptionnelle. Ça a été de très belles rencontres”, raconte Sophia. Les relais avec les équipes d’enseignants volontaires qui prennent en charge les enfants pendant la classe se font très facilement. “La communication a été très fluide, on avance tous vers le même objectif.” 

 “On se sent utile même si tout le monde a hâte de reprendre le travail.” 

Cet accueil est réservé uniquement aux enfants des personnels soignants ou indispensables à la gestion de la crise et/ou habilités par décision préfectorale. Pour plus d’informations, les parents habilités à faire garder leurs enfants doivent contacter le directeur de l’école fréquentée par l’enfant.
Top